"Psy" :

De quelle profession parle-t-on?

 
Psychiatre :

Un psychiatre est un médecin (bac + 10). Il a donc suivi tout le cursus des études médicales communes (six années) suivi de la spécialisation en psychiatrie de quatre ou cinq ans avec mises en situation de travail en milieux psychiatriques et présentation d'une thèse en fin de cursus. Les consultations chez un psychiatre sont prises en charge par la sécurité sociale, et le psychiatre peut prescrire des médicaments. Les approches cliniques de ces médecins sont très diverses, parfois d'orientation psychanalytique ou cognitivo-comportementale mais avec tout le bagage des connaissances médicales (fonctionnement neurologique notamment) et une actualisation constante des connaissances en lien avec les avancées de la recherche. Le psychiatre est le seul habilité à poser un diagnostic. Un psychiatre peut aussi être psychanalyste et n'utiliser que cette fonction, ce qui en change sa pratique.  

 

Psychologue :

Un psychologue a suivi un cursus de cinq années après le bac, il doit avoir obtenu les trois diplômes universitaires : licence (bac +3), Master 1 (bac +4), et Master 2 (bac +5).   La spécialisation débute souvent en troisième année de licence mais surtout en Master 1. La psychologie se constitue essentiellement de cinq approches : psychologie clinique, psychologie sociale, psychologie cognitive, psychologie du développement et la neuropsychologie. Quelque soit le cursus choisi, le psychologue a étudié ces cinq domaines durant sa formation. La psychologie clinique s'intéresse au sujet dans sa construction inconsciente et narcissique, elle utilise les concepts psychanalytiques de courants divers. Elle vise à rendre conscients des affects et représentations qui guident de manière souterraine l'existence du sujet, mais aussi à redonner valeur à la subjectivité et à la singularité de la personne. La psychologie sociale s'intéresse au sujet dans un groupe, à l’interaction entre le sujet et son environnement social, elle est souvent associée à la psychologie du travail. La psychologie systémique est un courant en fort essor, elle relie psychologie clinique et psychologie sociale avec une approche du sujet comme membre de systèmes sociaux, dont tous les membres de chaque groupe sont interdépendants. La systémie s'intéresse aux modalités sur lesquelles le groupe fonctionne; le sujet a une fonction dans cet ensemble, cet ensemble cherchant à se maintenir en vie ou en équilibre, il peut entraîner des souffrances chez un, plusieurs ou tous les membres de celui-ci. La psychologie cognitive s'intéresse au sujet dans sa construction intellectuelle, elle étudie divers fonctionnement comme celui de la mémoire, du traitement des informations, mais aussi les réactions comportementales d'un sujet en fonction des stimuli de l'environnement. La psychologie du développement s'intéresse à la construction de l'enfant et de l'adolescent, elle se repose sur des théories diverses concernant le développement affectif, corporel et cognitif du sujet, de sa naissance à l'adolescence, elle s'éloigne de la psychologie clinique par la distance prise des théories freudiennes (qui ne sont pas pour autant exclues, mais la structuration inconsciente n'est pas l'objet d'étude). Enfin la neuropsychologie est une discipline récente qui allie les connaissances issues de la neurologie et de la psychologie. Elle vise à comprendre la psychologie humaine grâce aux découvertes médicales du fonctionnement cérébral.

(Cette liste n'est pas exhaustive en raison du nombre important de masters en psychologie.

 

L'approche du psychologue dépend de ses choix personnels, de ses expériences professionnelles, de son auto-formation, de ses formations complémentaires et sa formation initiale ne constitue pas la totalité de sa pratique. Les séances avec un psychologue ne sont pas remboursées par la sécurité sociale, sauf si elles sont suivies au sein d'un centre hospitalier. Le psychologue ne pose pas de diagnostic médical mais peut évaluer l'état de souffrance et le fonctionnement psychologique de la personne en s'appuyant sur des échelles ou des points de repères théoriques reconnus dans son secteur. Il est le seul habilité à faire passer des bilans psychologiques, constitués par la passation de tests projectifs concernant le vécu affectif et la construction psychique, le fameux test du Rorschach (les tâches d'encre) par exemple, et d'un test de Quotient Intellectuel. 

 
Psychanalyste :

Un psychanalyste est formé uniquement par un autre psychanalyste qui l'engage dans un travail de psychanalyse. L'objet d'étude de la psychanalyse est l'inconscient, indissociable du langage et/puis du corps. Ce n'est qu'en ayant traversé l'expérience d'une psychanalyse que l'analysant peut saisir de quoi il retourne, sur ce qu'il s'y passe, et surtout comment cela se passe. C'est cette traversée qui ne peut être saisie qu'en en faisant l'expérience. Durant ce travail le psychanalyste communique à l'analysant des éléments théoriques, surtout si le désir d'être psychanalyste se dévoile, et après en avoir analysé son origine. La psychanalyse est constituée de courants très divers. Créée par Sigmund Freud, en France c'est Jacques Lacan qui a ouvert les théories de S. Freud sur une autre dimension, dont beaucoup de psychanalystes se sont saisis. Cependant d'autres courants psychanalytiques existent, notamment les courants descendants de Mélanie Klein ou de D.W. Winnicott, qui se sont penchés sur les psychanalyses auprès d'enfants et donc ont pu élaborer sur le vécu psychique de l'enfant en se fondant directement sur leur pratique et non par le moyen des discours de patients adultes. Ces psychanalystes se sont bien-sûr appuyés avant tout sur les théories de S. Freud pour les développer. Le champ psychanalytique est large et ne concerne pas uniquement la vie psychique et inconsciente du sujet, mais aussi la vie psychique d'un groupe, d'une société, R. Kaës par exemple a travaillé sur la dynamique des groupes, tout comme D. Anzieu.  Les séances chez un psychanalyste ne sont pas remboursées. Seul un psychanalyste peut proposer une psychanalyse. Le titre de psychanalyste peut être associé à n'importe quel autre titre "psy" mentionné sur cette page.

 

Voici ce qu'écrit Freud à propos de la technique psychanalytique en 1906 (le terme de "malade" n'ayant pas encore pris la connotation que l'on retrouve aujourd'hui) :

 

" Après que le malade a raconté son histoire une première fois, nous le convions à s'abandonner tout à fait aux pensées qui surgissent en lui et à faire part, sans aucune réserve critique, de ce qui lui vient à l'esprit. Nous partons donc du présupposé, qu'il ne partage nullement, que ces pensées qui viennent ne sont pas arbitraires, mais qu'elles seront déterminées par la relation à son secret, à son "complexe", qu'elles peuvent être pour ainsi dire conçues comme des rejetons de ce complexe. [...] Mais le malade auquel on enjoint de se conformer à la règle de faire part de toutes les pensées qui lui viennent, ne semble pas être en mesure de le faire. Il retient tantôt telle pensée, tantôt telle autre, ayant recours à cette fin à des motivations variées : ou bien ça n'a aucune importance, ou bien ça n'a rien à voir, ou encore : c'est tout simplement complètement absurde. Nous exigeons alors que, malgré ces objections, il communique cette pensée et en suive le fil ; car justement la critique qui se fait jour est pour nous une preuve que cette pensée relève du "complexe" que nous cherchons à mettre au jour. Dans un tel comportement des malades nous apercevons une manifestation de la "résistance", présente en lui, qui ne nous quitte pas pendant la durée du traitement. " . 

S. Freud "L'Etablissement des faits par voie diagnostique et la psychanalyse", in L'inquiétante étrangeté, publié en 1985 par les éditions gallimard. 

 

 

Psychothérapeute :
 
La profession de psychothérapeute est réglementée depuis peu.
Elle garantie une formation théorico-pratique minimale du professionnel au soutien à la vie psychique de la personne. Elle est associée au métier de psychologue, psychiatre et/ou psychanalyste.  
Voici la loi : 
 
" DECRET 
Décret n° 2010-534 du 20 mai 2010 relatif à l'usage du titre de psychothérapeute 

 

 

CHAPITRE IER : DISPOSITIONS GENERALES

 

Article 1


L'inscription sur le registre national des psychothérapeutes mentionné à l'article 52 de la loi du 9 août 2004 susvisée est subordonnée à la validation d'une formation en psychopathologie clinique de 400 heures minimum et d'un stage pratique d'une durée minimale correspondant à cinq mois effectué dans les conditions prévues à l'article 4.
L'accès à cette formation est réservé aux titulaires d'un diplôme de niveau doctorat donnant le droit d'exercer la médecine en France ou d'un diplôme de niveau master dont la spécialité ou la mention est la psychologie ou la psychanalyse.

 

Article 2 


Par dérogation aux dispositions de l'article précédent, les professionnels mentionnés au cinquième alinéa de l'article 52 de la loi précitée sont dispensés en tout ou partie de la formation et du stage dans les conditions prévues par l'annexe 1 du présent décret."

 

Voici ce cinquième alinéa de l'article 52 : 

 

"Le décret en Conseil d'Etat définit les conditions dans lesquelles les titulaires d'un diplôme de docteur en médecine, les personnes autorisées à faire usage du titre de psychologue dans les conditions définies par l'article 44 de la loi n° 85-772 du 25 juillet 1985 portant diverses dispositions d'ordre social et les psychanalystes régulièrement enregistrés dans les annuaires de leurs associations peuvent bénéficier d'une dispense totale ou partielle pour la formation en psychopathologie clinique."

 

 

Psychopraticien:

 

Ce nouveau titre a été créé suite à la parution du décret mentionné ci-dessus afin de permettre aux anciens psychothérapeutes de continuer à exercer. Ce titre est donc libre de toute réglementation et de toute formation. Ils concernent souvent des personnes formées par des organismes privés, sur une technique bien précise (Gestalt-théorie. Hypnose Ericksonienne, EMDR, etc... Il s'agit en général de formations assez courtes et les thérapies proposées sont dites "brèves" (quelques séances). Les psychologues et psychiatres peuvent également être formés à ces thérapies brèves et les proposer aux patients. Il est important de questionner les psychopraticiens sur leurs  cursus et formations, car sans réglementation, il est aussi possible de pratiquer sans formation ou de faire valoir des certificats d'étude en école privée non reconnus par l'Etat. 

 

 

 

  • Facebook App Icon
  • Twitter App Icon
  • Google+ App Icon

© 2023 by Grace Homecare. Proudly created with Wix.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now